CW ARCHITECTES SA
aubépines 9 - 1950 Sion
T +41 27 322 32 69
F +41 27 322 79 61
Planche 1
Planche 2
Planche 3
Planche 4

Concours - Clinique Sainte-Claire - Sierre

Maître de l'ouvrageAssociation Projet Santé
StatutConcours
Typologie ProgrammeEtablissement médico-social
Année
Projet2016
LieuSierre, Valais
CollaborateursGrégoire Wenger, Architecte ETS
Joël Loutan, Architecte EPFL
En collaboration avec le bureau meier + associés architectes
La colline de la Plantzette est un site remarquable qui surplombe le lac de Géronde, domine la ville de Sierre et présente une esplanade surélevée ouverte sur le grand paysage dans le sens de la vallée du Rhône. Fruit d’un développement successif, l’ouvrage bâti de Max Zwissig vient encadrer cette topographie. Respectueux des grandes qualités de ce témoin de la modernité en architecture, le nouveau projet d’extension prend le parti de ne pas toucher à la volumétrie générale et à l’enveloppe existante. Pour autant, le concept général propose de retravailler l’esplanade de manière à retrancher des annexes, couverts et autres apports stylistiques des années quatre-vingt, permettant ainsi de rouvrir la perspective sur le lointain. La grande pelouse est étirée, ponctuée de bouquets de grands arbres offrant quelques lieux ombrés que l’usage réclame ; l’allée de cyprès est supprimée pour restituer le dégagement propice à la lecture de la façade principale et de la composition paysagère d’origine.

Pour la future transformation en établissement médico-social, les nouvelles chambres des résidents prennent naturellement place dans les trois étages et bénéficient pour la plupart des balcons qui garnissent la façade Sud-Est. Les séjours sont disposés de manière à apporter du jour dans les circulations, de même que le local des infirmières, en situation centrale. Une quatrième unité de taille équivalente vient se glisser sous l’existant et s’ouvrir sur un jardin de déambulation planté de vignes qui bénéficie de la lumière de l’après-midi. A l’instar des balcons d’étage, les nouvelles chambres disposent d’un dégagement extérieur couvert offrant un regard au loin sur les tours d’Aminona et les cimes du Mont-Bovin et du Trubelstock. Dissociés du flux des pensionnaires, les services et locaux techniques se logent sur l’arrière dans les locaux existants. L’accès des livraisons est conservé.
Le rez supérieur conserve les fonctions communes en relation directe avec l’esplanade. Une trémie est mise en place à côté de l’escalier principal et permet une mise en relation spatiale et visuelle avec le nouveau rez inférieur.
Côté Sud, la véranda existante est supprimée et la maçonnerie initiale de la façade restituée, permettant ainsi de présenter un couvert et un ombrage naturel à la terrasse de la salle à manger. Bien que plus généreux que les besoins du programme, l’espace de recueillement prend place dans la chapelle existante, élément fort de la composition du volume initial.

Lors de la transformation de la partie existante, l’intention est de redonner une atmosphère moderniste – couleurs et matières – aux espaces intérieurs. Bien que la substance originelle a été complètement éradiquée par l’intervention de Michel Zufferey (1991), une recherche historique et quelques sondages devraient permettre de retrouver tout ou partie de l’esprit du lieu.